Vous êtes ici

Actualité

Calendrier vaccinal 2017: quels changements pour la vaccination des enfants?

Le nouveau calendrier vaccinal vient d’être publié. Très attendu, il s’agit d'un document précisant chaque année quelles vaccinations pour quel enfant, à quelle date et dans quelles circonstances. Il est disponible sur vaccination-info-service.fr. Ce nouveau site des autorités de la santé est destiné à regrouper toutes les informations concernant la vaccination en France. Si pour l’instant on y retrouve essentiellement des articles un peu classiques sur la vaccination, il est prévu qu’il s’enrichisse dans les mois à venir de différents outils de communication sur la vaccination.

Que signifie "être à jour ?"

Il est fréquent d'entendre cette fameuse question "Es-tu à jour niveau vaccin ?". Mais que signifie cette question ? "Être à jour" signifie avoir reçu les vaccins recommandés en fonction de son âge et avec bon nombre d'injections pour être protégé. Si les vaccins ne sont pas à jour, il suffit de reprendre la vaccination là où elle s'est arrêtée. On parle alors de "rattrapage".

De nombreux aménagements pour ce nouveau calendrier vaccinal 2017

On se souvient que la “concertation citoyenne sur la vaccination” organisée en fin 2016 qui avait conduit à différentes propositions pour réagir à la méfiance, de plus en plus grande des français, pour les vaccins. La mise en avant du site “vaccination info service” comme site ressource pour toutes les contributions concernant les vaccins est, pour l’instant, la seule proposition qui ait été mise en œuvre après concertation... Pas de grands changements du côté des vaccins recommandés ou obligatoires, mais quelques améliorations au niveau des aménagements. (>lire aussi notre article sur la vaccination)

Le BCG et le méningocoque, deux vaccins indispensables pour les enfants

Certains vaccins sont nécessaires pour la santé de l'enfant. C'est le cas du vaccin BCG et du Méningocoque.

Le BCG à un mois dorénavant

On recommandait jusqu’alors chez les nourrissons à risque, notamment pour le cas de la tuberculose ( >lire notre article sur le recul de la tuberculose), une vaccination dès la naissance était nécessaire. En revanche, une vaccination après trois mois impliquait un contrôle tuberculinique [1] (qui permettait de rechercher une contamination précoce par le bacille de la tuberculose). La date de cette vaccination, chez les enfants à risque, a été repoussée à l’âge de 1 mois. Ce recul est destiné à gagner du temps pour pouvoir dépister des déficits immunitaires graves chez les nouveau-nés. Le vaccin par le BCG peut être, en effet, dangereux pour ces enfants. Heureusement, ils ne sont pas très nombreux. En retardant le vaccin BCG d’un mois, les médecins ont le temps de les dépister. Dans certains cas le risque de tuberculose est trop élevé. Le vaccin est donc immédiatement fait. C’est le cas pour les nouveau-nés de Mayotte et de Guyane.

Le méningocoque, dès 5 mois au lieu de 12

Ce vaccin protège contre un type de méningite grave : le méningocoque de type C. Il était, jusqu’à présent, recommandé à l’âge de 12 mois, en complément d'autres vaccins: 
-la Rougeole
-les Oreillons
-la Rubéole
Désormais, une première injection est recommandée à 5 mois,  puis la seconde à 12 mois (au lieu de 12 mois seulement auparavant). Les experts espèrent dans quelques temps, avec l’amélioration du pourcentage d’enfants vaccinés, pouvoir revenir au précédent schéma.

Le calendrier vaccinal par âge

 vaccination-info-service.fr
  • Le BCG (Tuberculose)
    Le vaccin contre la tuberculose est aujourd'hui recommandé à 1 mois jusqu'à l'âge de 15 ans pour certains enfants exposés à un risque élevé de tuberculose.
  • Le Coqueluche
    Le rappel coqueluche se fait à 25 ans. Les futurs parents sont particulièrement concernés, car la vaccination protège les nourrissons de moins de 6 mois dont la vaccination n'est pas complète. La vaccination est à nouveau recommandée à l'entourage des nourrissons à l'occasion d'une nouvelle grossesse, si le dernier rappel coqueluche date de plus de 10 ans.
  • L'Hépatite B
    La vaccination des nourrissons débute à l'âge de 2 mois. Si la vaccination n'a pas été effectuée au cours de la première année de vie, elle peut être réalisée jusqu'à 15 ans inclus. Au-delà, elle est recommandée. 
  • Le pneumocoque
    La vaccination des nourrissons débute à l'âge de 2 mois. Au-delà de 24 mois, cette vaccination est recommandée dans des situations particulières, avec un seul rappel désormais recommandé.
  • Le Méningocoque C
    La vaccination est recommandée aux enfants âgés de 5 mois avec une deuxième dose à l'âge de 12 mois. À partir de l'âge de 12 mois et jusqu'à l'âge de 24 ans inclus, une dose unique est recommandée pour ceux qui ne sont pas déjà vaccinés.
  • Le Rougeole-Oreillons-Rubéole
    La vaccination est recommandée aux enfants âgés de 12 mois avec une deuxième dose à 16 ou 18 mois.
  • La grippe
    La vaccination est recommandée chaque année pour les personnes à risque y compris les enfants à partir de 6 mois, les femmes enceintes et les personnes âgées de 65 ans et plus.

[1] Ce contrôle tuberculinique s'effectue en injectant en profondeur sous la peau (en intradermique) une petite quantité de protéines du bacille de la tuberculose. On regarde après trois jours s’il existe une réaction locale à l’endroit où l’on a effectué l’injection. Cette réaction, sous la forme d’une induration plus ou moins grande,  révèle l’existence d’une réaction immunitaire contre ces protéines. Deux explications alors : soit le sujet a été en contact avec le bacille de la tuberculose (maladie) soit en contact avec le bacille de la tuberculose atténué du vaccin (BCG). Dans le cas de la réaction avec le bacille maladie la réaction est plus importante.

, Pédiatre
Eric Osika est pédiatre avec une activité libérale et une activité de pédiatre attaché dans le service de pédiatrie de l'hôpital Saint-Camille à Bry-sur-Marne. Ancien rédacteur en chef de la revue...
Partagez cet article