Vous êtes ici

Journée mondiale de lutte contre la tuberculose

Recul de la tuberculose en France malgré la fin de de l'obligation vaccinale

Une maladie encore présente au niveau mondial mais marginale en Europe

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, on estime à 10,4 millions le nombre de nouveaux cas de tuberculose dans le monde en 2015, essentiellement en Afrique (275 cas/105 habitants) et en Asie du Sud-Est (246 cas/105).

En France, au contraire, l’incidence est en diminution régulière avec un taux de déclaration de 7,5 cas/105 en 2013. Cette tendance est la même que celle observée dans la majorité des pays de l’UE/EEE, où l’on note une baisse pratiquement continue depuis 1996.

La tuberculose est une maladie essentiellement pulmonaire, mais elle peut aussi toucher de nombreux autres organes : on décrit ainsi des formes extra-pulmonaires : des méningites tuberculeuses par exemple ou des atteintes osseuses tuberculeuses.

Un vaccin BCG de moins en moins effectué en France

La vaccination BCG du nourrisson a été obligatoire jusqu’en 2005 en France. Le BCG protège correctement contre les formes extra-pulmonaires (85%) ; son efficacité est plus modeste pour les formes pulmonaires (50%).

En janvier 2006, le vaccin par multipuncture(Monovax®) a été retiré du marché et remplacé par le vaccin BCG SSI administrable par voie intra-dermique. L’obligation de vaccination de tous les enfants par le BCG a été remplacée par une recommandation de vaccination des enfants les plus exposés à la tuberculose : les enfants nés, ou dont au moins l’un des parents était né dans un pays où la tuberculose est fréquente, et tous les enfants résidant en Ile-de-France, en Guyane ou à Mayotte. Depuis mars 2017 un vaccin d’origine polonaise, plus difficile à réaliser, et à la disponibilité encore variable, a remplacé le vaccin des laboratoires Sanofi Pasteur qui n’est  plus fabriqué. Ces modifications de la politique vaccinale contre la tuberculose ont conduit à une nette diminution de la couverture vaccinale par le BCG sur le territoire français avec l’inquiétude que cette diminution soit à l’origine d’une recrudescence du nombre de tuberculose chez l’enfant. Il n’en est rien.

Une diminution des cas de tuberculose aussi chez l’enfant

En effet, la diminution des cas de tuberculose en France s’est poursuivie et est observée pour toutes les tranches d’âge. Le nombre de cas de tuberculose maladie déclarés en France chez les enfants nés après 2006 est inférieur chaque année au nombre de cas chez les enfants de la même tranche d’âge en 2005, lorsque la vaccination était faite chez tous les enfants par le Monovax® et que la couverture vaccinale par le BCG était supérieure a 95%. Le  nombre de formes graves comme les méningites tuberculeuses ou les miliaires tuberculeuses (une forme particulièrement grave où le bacille diffuse par le sang dans l’ensemble de l’organisme) est resté faible chez les enfants nés après 2006 (1 à 2 par an).

Malgré la suspension de l’obligation vaccinale

Pour l’instant, il n’y a donc pas eu de ré-augmentation du nombre de cas de tuberculose chez l’enfant secondaire à la suppression de l’obligation vaccinale. Les prévisions faites par les experts qui faisaient craindre une augmentation du nombre de méningites tuberculeuses (plus 5/an) ne se sont pas révélées exactes. Ces bons résultats ne remettent donc pas en cause la décision de levée de l’obligation vaccinale. Cependant, il est indispensable que la vaccination des enfants à risque reste à un niveau élevé pour conserver ces données favorables. Le pédiatre aura à charge de déterminer si votre enfant est à risque, sinon, il le dispensera de ce vaccin.

Image issue du Bulletin Epidémiologique Hebdomaire (BEH)

 

, Pédiatre
Eric Osika est pédiatre avec une activité libérale et une activité de pédiatre attaché dans le service de pédiatrie de l'hôpital Saint-Camille à Bry-sur-Marne. Ancien rédacteur en chef de la revue...
Partagez cet article