Vous êtes ici

Journée du sommeil

Enquête MGEN-INSV : les ados ne dorment pas assez

Photo : Unsplash.com

Que nous apporte un bon sommeil ?

Lorsque nous dormons, notre cerveau en profite pour trier les informations accumulées toute la journée, en fonction de leur nécessité. C'est ainsi que se constituent les différentes parties de notre mémoire.
Durant les quelques heures de sommeil, notre peau se renouvelle, notre système immunitaire se revitalise et nous récupérons l'énergie nécessaire pour une nouvelle journée. Le sommeil est donc un moment très important dans l'équilibre de notre métabolisme, notre santé et notre bien-être.

Manque de sommeil : les conséquences sur la santé

Un manque de sommeil a de nombreuses conséquences sur la santé. Il ne faut pas sous-estimer l'effet que cela peut avoir sur l'organisme ou la santé mentale d'une personne qui souffre d'insomnies fréquentes. En voici quelques-unes :

  • Les troubles de l'humeur : Le manque de sommeil chronique peut aggraver les symptômes d’une dépression. 
  • Le surpoid : Quand on ne dort pas assez, on grossit. Dormir peu conduirait à manger plus de calories sans que la dépense énergétique ne varie. Les personnes ne dormant pas assez ingéreraient plus d’aliments gras et moins de protéines. Chez l’adolescent en revanche le manque de sommeil conduit à une consommation plus grande d’aliments sucrés.
  • Le diabète : Le manque de sommeil chronique semble conduire, selon les études scientifiques, à une diminution de la sensibilité à l’insuline et à un risque plus important de développer un diabète de type 2.
  • Les maladies cardiovasculaires : Le manque de sommeil chronique induit une augmentation du stress oxydant. Dormir peu, ou à l’inverse trop, peut augmenter le risque d’avoir un accident vasculaire cérébral.

Le sommeil chez les ados

Manquent-ils de sommeil ? Sur les 1 014 jeunes interrogés dans le cadre de  l'enquête lancée par la MGEN, 88% s'estiment en manque de sommeil. Alors qu’il est recommandé de dormir plus de 8h à cet âge, la durée moyenne du sommeil des adolescents est de 7h17 en semaine et 8h27 le week-end. La dette de sommeil s’élève à 1h10 par nuit en moyenne.

Quelles sont les conséquences sur leur activité ? Selon le sondage, 82% des 15-24 ans se sentent fatigués, 35% sont somnolents dans le cours de la journée.

Quelles solutions adoptent-ils pour pallier ce manque ? Pour lutter contre le manque de sommeil, les 15-24 ans consomment des excitants comme la caféine, ou le tabac et substances. Autre solution, la sieste pratiquée par 32% d’entre eux, 2 fois par semaine pendant 1h15.
Enfin, 20% des jeunes qui se sentent en manque de sommeil pratiquent une activité sportive.

Quel sont les rythmes de vie des jeunes ? Les jeunes se réveillent à 7h02 la semaine et 9h43 le week-end… et s'endorment tard, 23h20 la semaine et 00h49 le week-end. Ils décalent leurs horaires de sommeil le week-end en se levant 2h20 plus tard et en s'endormant 1h30 plus tard. Les réveils nocturnes concernent 42% des jeunes, en moyenne pendant environ 1h.

Quelles sont les recommandations pour optimiser le sommeil des ados ?

  • Limiter le temps d'écran avant le coucher : la lumière diffusée par les écrans empêche la sécrétion de la mélatonine, l’hormone du sommeil. L'adolescent ne se sent plus fatigué et peut rester des heures devant un écran. Le soir en semaine, une fois couchés, les jeunes passent 1h08 sur leurs écrans (smartphone, tablette) pour des activités interactives (77%) avant d'éteindre la lumière pour s’endormir (et 1h38 le week-end). 50% des jeunes y passent plus d'1 à 3h la semaine et 66% le week-end.
  • Supprimez les excitants : café, sodas, boissons sucrées... Riches en caféine, ces produits empêchent de dormir. Alors après 17h, mieux vaut s'abstenir de les consommer. 
  • Pratiquer une activité sportive après les cours : le sport fatigue et permet de s’endormir plus facilement. Et cela permet de se détendre ! Mais pas trop tard, car une activité physique trop près de l'heure du coucher retardera l'endormissement.
  • Décaler l'heure du coucher : pour récupérer un rythme de sommeil plus sain, couchez-vous quinze à vingt minutes plus tôt que d’habitude. A force, votre rythme devrait se décaler et vous pourrez, peu à peu, vous endormir plus tôt.

Des bonnes habitudes à prendre dès la petite enfance

L'équilibre et le bon sommeil se mettent en place dès l’enfance. C’est en effet durant cette période que notre cerveau paramètre ses habitudes et les appliquera toute notre vie. Alors pour éviter un mauvais sommeil chez les ados et ensuite chez les adultes, pensez à respecter et instaurer un bon rytme de sommeil avec votre petit enfant.

> Lire aussi notre article : « Le sommeil de mon enfant » : les méthodes pour aider votre enfant à bien dormir

Rappelons que Partenaire historique majeur de l’INSV (Institut National du Sommeil et de la Vigilance), le groupe MGEN soutient cette année encore la 18ème Journée du Sommeil qui se tiendra le 16 mars 2018. Cet événement de portée nationale est destiné à sensibiliser et informer le public sur les risques du manque de sommeil et les bonnes pratiques à adopter pour le préserver. Mobilisé pour aider l’INSV à faire le lien avec le monde éducatif, MGEN est également partenaire du Carnet du sommeil n°7 « Sommeil et scolarité » qu’il a diffusé très largement dans les écoles, collèges et lycées.

>Programme et infos sur la 18ème Journée du Sommeil : http://www.institut-sommeil-vigilance.org/journee-du-sommeil-le-vendredi-16-mars-2018

Rédactrice bien-être spécialisée dans le parenting....
Partagez cet article