Vous êtes ici

Réponse d'expert

Notre fils aîné ne veut pas quitter sa petite sœur

Réponse d'expert
, Coach   | Toutes ses réponses | Sa bio
Olivia Phélip est coach professionnelle certifiée. Elle accompagne notamment les pères et les mères dans leur chemin de parentalité. Elle est aussi directrice éditoriale chez Horay....

Merci Annette de votre question qui aura certainement beaucoup de résonance chez de nombreux lecteurs. 

En effet les relations complexes entre frères et sœurs sont un vaste sujet. Le plus souvent on s’attend à de la jalousie, de l’agressivité ouverte envers « l’intrus ». C’est bien difficile pour un enfant de comprendre qu’il ne sera plus le seul au centre de la famille.

L’inquiétude de perdre sa place à l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur

Dans la réaction de votre fils, il y a beaucoup d’inquiétude. Comme s’il avait l’impression que ce nouvel enfant allait se substituer à lui. Alors il veut s’en occuper, rester « collé » à lui, vous montrer qu’il fusionne avec le bébé et que vous ne pouvez pas le laisser. D’un côté, ce qui est positif, c’est qu’il a bien compris que sa petite sœur est là et qu’elle ne va pas partir. Il ne cherche pas à s’en « débarrasser » comme le font certains petits enfants qui disent aux parents désemparés : « Est-ce qu‘on peut la rendre à l’hôpital ? »

Rassurer l’enfant qui éprouve un sentiment d’insécurité

D’un autre côté, son comportement dénote un sentiment de forte insécurité, puisqu’il va jusqu’à se priver de voir ses amis. Bien sûr cette situation est réversible. Comment redonner un sentiment de sécurité à votre enfant ? C’est à vous de trouver les mots. Mais une première piste serait déjà de lui dire combien vous l’aimez. Pourquoi votre fils a-t-il conçu cette peur de « vous » perdre à l’arrivée du bébé ? Cela est peut-être lié à de multiples facteurs : un voyage de l’un, un fort investissement auprès du bébé, le fait qu’il soit allé chez une grand-mère de manière un peu prolongé pendant un temps de vacances… de multiples situations ont pu créer de la confusion dans son esprit. Ce qui compte maintenant, c’est de le rassurer, de prendre du temps avec lui et de lui parler.

Passer du temps seul(s) avec lui

Ensuite, il y a probablement des idées à trouver pour l’amener à s’éloigner de sa sœur, sans qu'il craigne de perdre sa « place ». Le problème est que lorsqu’il n’est pas avec sa sœur, il n’est pas avec vous. Donc il a compris que pour être avec vous, il fallait être avec sa sœur. Ce serait intéressant de faire des choses à l'inverse, seul avec lui (vous, sa mère, son père ou les deux parents ensemble) en laissant la sœur avec un parent ou une baby-sitter, afin que votre enfant se rende compte qu’il existe en tant que personne à part entière et qu’il va pouvoir continuer d’avoir une relation avec vous indépendamment de sa sœur.
Du reste, c’est un conseil que l’on donne souvent aux parents : celui d’arriver à trouver le temps d’être seuls avec chacun de leurs enfants à tour de rôle, pour bien distinguer les relations familiales collectives des relations spécifiques avec chacun des membres de la fratrie. Et cela reste valable tout le temps de l’éducation. Evidemment entre le travail, les contraintes et les enfants, il est parfois difficile de trouver ce temps. Sans compter celui qu’il faudrait trouver aussi pour soi ! Mais, quand on pense au bienfait que ces petites escapades en comité restreint avec un seul enfant peuvent faire à tous, ce serait dommage de s’en priver. Vous serez surprise : votre fils va peut-être se mettre à vous parler, quand il sentira que vous serez en mesure de l’écouter. Et vous verrez comment naturellement, il reprendra plus de distance avec sa sœur, sans pour autant ne plus l’aimer. Il se sentira simplement autorisé à exister par et pour lui-même.

Partagez cet article