Vous êtes ici

Animation

« Mother », un court métrage d'animation pour sensibiliser les mères au risque de burn-out

Les mères face au syndrome d'épuisement

Entre les enfants, la gestion matérielle de la maison, le manque de sommeil, les inquiétudes, les nouvelles responsabilités,  la relation avec le papa, le travail... les mamans sont soumises à une intense charge de « travail », tant physique que psychique. Au point que certaines peuvent même aller jusqu’à craquer. Epuisement, burn-out maternel : le syndrome existe et à l’ère du « Je ne veux renoncer à rien », se développe.

La vidéo qui fait le buzz

Une vidéo produite par une équipe japonaise a décidé de sensibiliser les familles à ce risque. Signe que la question résonne avec une forte acuité, le court métrage a reçu le Annie Awards for Best Student Film et a été sélectionné dans de nombreux festivals comme le New Haven Film festival et le Silveron Film Festival. Il a même été déjà visionné près de 500 000 fois dans le monde entier depuis la plateforme Vimeo. Réalisé avec tact et tendresse, ce court-métrage d’animation montre l'épuisement progressif d'une mère avec l'accumulation de ses tâches quotidiennes. Le film suggère aussi comment, grâce à une meilleure répartition des tâches, la famille peut retrouver un nouvel équilibre. A la fin, le film est dédicacé : « Avec amour, à chaque parent et tuteur » (With love to every parent and guardian), un message universel qui s'adresse à tous.

Le mythe de la mère « parfaite »

Comment éviter le burn-out maternel ? Depuis quelques années, les langues se délient. Plusieurs livres ont osé aborder ce sujet longtemps tabou. Selon la regrettée et toujours pertinente psychologue Maryse Vaillant*, le seul moyen de se prémunir d’un tel épuisement, serait pour les mères de parvenir à faire le deuil de la mère parfaite. « Les femmes doivent prendre conscience de leur besoin de s’adapter à leurs responsabilités maternelles. Cela passe notamment par le fait de pouvoir déléguer, de partager leurs tâches et leurs responsabilités avec les pères et/ou les proches. Les femmes, en acceptant que d’autres puissent s’occuper de leurs enfants, en sortant du fantasme de la toute-puissance maternelle, ouvrent la voie à la coparentalité. Et permettent notamment ainsi aux pères de prendre leur place. » Une démarche qui passe donc par la déculpabilisation des mères et la responsabilisation des proches, père y compris. Mère parfaite et super-wonder-woman sont des mythes qui ont pourtant la vie dure. L'entourage ne réalise pas souvent ce qui se passe, car la mère ne veut pas dire qu'elle ne fait plus face. Le phénomène est d'autant plus accentué dans les familles monoparentales.
Cette vidéo qui a été conçue par de jeunes étudiants ne vient ni dénoncer, ni juger. Elle parle d'amour et de limites. Son fort retentissement participe d'une prise de conscience libératrice. 

Références

« A day in the life of a mother » ou « Mother »
Production Studio Kokorosh
Film réalisé au Sheridan College en 2015
Auteurs : Stephanie Chiew, Joan Chung, David Du, Matthew Fazari, Ana Gomez, Rui Hao, Jessica Jing, Seeyun Lee, Nicholas Nason, Dadi Wang
>Plus d’informations sur studiokokorosh.tumblr.com/

Partagez cet article