Vous êtes ici

Engagement

Hippolyte Romain: «La place du père devrait être mieux reconnue»

Au mieux 3 fois par semaine est le livre d'un papa : Hippolyte Romain. Accompagné d'aquarelles en noir et blanc, ce récit introspectif, raconte une histoire d'amour entre un père et son fils, malgré la distance et l'absence forcée par une situation délicate. Emouvant et tendre, Hippolyte Romain évoque un sujet aussi grave que sensible: le divorce et ses conséquences sur la place du papa. 

Devenir père

Dans ce livre, Hippolyte Romain témoigne de son expérience de père et de sa vision très engagée dans l'accompagnement paternel auprès de l'enfant. On connaît de sSon œuvre peinte les traits aquarellés au service du glamour. Dans ce nouvel opus, nous retrouvons un autre visage de l'artiste, avec des aqarelles qui saisissent un instant d'émotion, un mouvement, un regard.. Ce livre "que tous les papas doivent lire, surtout ceux qui souffrent ou ont souffert après un divorce douloureux"  se présente comme un cri du cœur. Retour donc sur une histoire, un père, une vision.

La séparation d'avec la mère s'accompagne souvent d'un élognement de ses enfants pour le père

Papa d'un garçon de 10 ans, Hippolyte Romain a dû faire face à l'une des épreuves les plus difficiles dans sa vie: une séparation brutale avec la mère de son fils. L'enfant alors âgé de 4 ans, est le témoin d'une déchirure entre son père et sa mère. Pour l'écrivain-artiste, la fin d'un amour sincère avec sa femme et la souffrance de ne plus être aux côtés de son petit garçon le plongent dans un immense tourment.

Le chagrin et la tendresse

"Chagrin" est le seul mot qui puisse résumer la douleur de l'artiste face à cette situation. De la Justice aux batailles avec son ex-compagne, tout se lie... et se ligue contre lui. Un divorce implique une "mécanique infernale". La révélation soudaine d'un amour qui se termine brusquement, des rendez-vous devant les tribunaux, une loi à appliquer... Toutes ces démarches sont longues et entraînent douleur et colère.

Une inégalité entre le père et la mère d'un point de vue juridique

Le verdict de la Justice est assez sévère concernant les pères. Leurs jours et leur droit de visites sont la plupart du temps inégaux face à ceux de la mère. Pourtant, la douleur d'un père n'est pas différente de celle d'une mère selon l'auteur. Et surtout, le rôle du père est crucial pour l'enfant. Les quelques jours accordés, éparpillés dans l'année, ne suffisent pas à cristalliser une relation père-fils. Hippolype Romain y parvient malgré tout "3 fois par semaine". Il contacte son fils par téléphone et le retrouve pendant les vacances. Bien qu'il soit conscient qu'il ne "soit pas immortel", il est "attentif et gourmand de chaque instant passé avec son fils".

SOS Papas m'a aidé à me sentir mieux

Lorsque tout va mal, il ne faut pas rester seul. Pour Hippolyte Romain, SOS Papas a été l'association qui lui a permis de rencontrer d'autres pères, dans des situations similaires à la sienne, parfois même plus désastreuses. L'auteur décrit cette situation ainsi : "Dans le style tragédie, Cosette chez les Thénardier et autres Dickens, c'est de la gnognote, de la roupie de sansonnet, de la pure bluette, les hommes qui déballent leur drame et les turpitudes inventés par leur ex-femme pour les séparer de leurs enfants, c'est du tonic, du chaud bouillant". Cette prise de conscience lui a permis de relativiser sa situation et de constater que parfois, le destin est bien cruel. Le livre se veut donc le porte-parole de tous ces papas en souffrance, en quête de réconfort.

Le dessin et l'écriture comme une volonté d'exorciser la tristesse

La solitude a vite été la compagne de route d'Hippolyte Romain. Habitué pourtant à la foule, aux succès, Hippolyte Romain vit aujourd'hui une autre aventure, loin des projecteurs. Artiste et écrivain, sa plume et ses pinceaux sont ses "outils lui permettant d'exorciser une partie de son chagrin". Chaque soir, il se réserve un moment pour écrire quelques traces de sa journée. Une aquarelle, un croquis dessiné succinctement, des mots tristement livrés sur une feuille blanche le délivrent de cette douleur l'espace d'un instant. Cette méthode est une excellente thérapie introspective et permet de coucher sur papier interrogations, angoisses et tourments.

La volonté de vouloir briser les clichés

De nombreux enfants grandissent aujourd'hui sans la présence physique du père. Le père est alors considéré comme un simple  "pourvoyeur". Pourtant, sa fonction est beaucoup plus importante. Il est celui qui apporte un cadre à l'enfant. L'œuvre, Au moins trois fois par semaine, est donc un cri du cœur contre les idées reçues concernant l'éducation et la parentalité. Dans 75% des divorces, la mère a la garde exclusive de l'enfant. Mais la détresse du père est-elle autant prise en compte ? Et le besoin de l'enfant de la présence de son père ? Hippolyte Romain insiste beaucoup sur la nécessité de revoir les rôles respectifs des pères et des mères dans leur responsabilité respective vis à vis de l'enfant. "Il faut briser les clichés et affirmer plus encore le rôle du père. L'inégalité entre père et mère doit absolument évoluer" a insisté l'auteur.

Les conseils de l'auteur pour affronter la séparation

Il est souvent difficile de relever la tête lorsque la séparation puis l'absence avec son enfant se fait entendre. Hippolyte Romain fournit quelques conseils pour affronter plus facilement ce manque :

  • se dire intérieurement que l'enfant pense toujours à vous et qu'il vous aime, même s'il ne le montre pas forcément.
  • être toujours présent pour l'enfant, même si la situation vous coûte. L'enfant a besoin de ses deux parents pour évoluer et grandir.
  • il faut toujours être prêt à donner, sans forcément recevoir en retour. Il arrive parfois que le retour ne soit pas immédiat.
  • ne pas hésiter à écrire ou dessiner vos sentiments sur un morceau de papier. Ce qui ne peut être dit peut s'écrire. Vous vous sentirez mieux une fois le papier griffonné.

Ce livre, très autobiographique s'adresse aux pères, mais aussi aux mères. L'auteur soulève un sujet sensible, encore peu évoqué. Sombre en apparence, l'optimisme de l'auteur se fait ressentir au fil des pages, avec pour belle lumière l'amour d'un père pour son fils.

> Hippolyte Romain exposera ses dessins et dédicacera son livre le samedi 17 juin à partir de 15 heures, le dimanche 18 et le mardi 20 et le mercredi 21 juin à la galerie Mazarine (54 rue Mazarine, Paris 6e).
Rédactrice et community manager, spécialisée dans le parenting. ...
Partagez cet article