Vous êtes ici

En attendant bébé

5 questions à se poser pour choisir le bon prénom

1. Ce prénom grandira-t-il avec votre enfant ?

C'est probablement le critère déterminant dans ce choix si important : le prénom de votre enfant pourra-t-il l'accompagner pendant 5, 10, 25, 70 ans ? Vieillira-t-il (bien) avec lui ? "Le choix du prénom n'est jamais anodin car il touche l'identité même de l'enfant qu'on va mettre au monde," explique Julie Milbin, auteure du Guide des prénoms (Ed. Solar). "C'est le mot qu'il va entendre le plus souvent, qui va l'accompagner au quotidien. Il faut donc qu'il puisse bien le vivre, quelle que soit l'étape de sa vie", continue-t-elle. Vous avez un faible pour Lilou ou Lorette ?  S'il n'y a pas de doute sur le fait qu'il ira parfaitement à une petite fille, peut-être aura-t-elle plus de difficultés à l'assumer à 40 ou 50 ans ?

2. Ce prénom sera-t-il valorisant pour lui ?

"Cela peut paraître une évidence, mais il est essentiel que le prénom choisi respecte l'enfant, qu'on ne tombe pas, en tant que parents, dans le ridicule,"  rappelle l'auteure. Les jeux de mots avec le nom de famille (on se souvient de la très médiatisée Mégane Renault), les prénoms de marques (à l'instar de Nutella®) sont autant d'écueils à éviter. D'autant plus qu'il existe des garde-fous (1) ! Ainsi, l'officier d'état civil peut saisir le Procureur de la République s'il estime que le prénom nuit à l'intérêt de l'enfant. Celui-ci pourra à son tour se tourner vers le / la juge aux affaires familiales pour faire supprimer le prénom mis en cause.

3.  Ce prénom trouvera-t-il sa place dans la fratrie ?

Autre facteur essentiel : l'harmonie des prénoms au sein de la fratrie (s'il y en a une). "Ce paramètre est essentiel : il permet à l'enfant de se sentir intégré dans la famille," souligne Julie Milbin. Si les parents intègrent généralement intuitivement ce critère à leur choix, la question peut se poser plus précisément quand les enfants ont un grand écart d'âge ou que la famille est depuis recomposée. Si vous êtes tentés par le prénom Lou alors que vos aînés s'appellent Enguerrand et Marie-Charlotte, peut-être vaut-il mieux encore étoffer votre liste ?

4. Ce prénom a-t-il (déjà) été adoubé par vos proches ?

Si un jour vous tomber enceinte d'un garçon, vous aimeriez l'appeler Charles, comme votre grand-père ; si c'est une fille, Ella, en hommage à votre maman qui aime tant Ella Fitzgerald... Il n'est pas rare de nourrir des projets de prénoms avant même de tomber enceinte ! Et c'est justement quand on a mûri si longtemps son choix, qu'il devient particulièrement rageant de voir des proches attribuer le prénom tant convoité à leur enfant ! Pour Julie Milbin, il n'y a, dans ce type de situation, pas 36 solutions. "Si quelqu'un dans votre famille ou vos amis très proches a déjà 'pris' le prénom, mieux vaut le rayer de votre liste," préconise-t-elle. Cela évitera bien des confusions, voire des déceptions, en cas de réunions familiale ou amicale !

5.  Quels sont, pour nous, les critères les plus importants dans le choix de ce prénom ?

Certains couples ont la chance d'avoir le coup de foudre pour un prénom ; d'autres ont plus de mal à trouver un terrain d'entente. "Si vous n'arrivez pas à vous mettre d'accord, vous pouvez commencer par définir quel est le critère le plus important pour chacun d'entre vous (la musicalité, l'originalité, le sens, la référence culturelle, la longueur). Une fois, ces deux catégories définies, tentez de décliner à nouveau une liste intégrant la préférence de votre conjoint", conclut-elle.

Journaliste spécialiste du parenting, de la beauté, du bien-être. Auteure de Mon cahier Ma grossesse et moi, Mon cahier Forme et minceur après bébé et 100 conseils essentiels : la grossesse (Ed....
Partagez cet article