Vous êtes ici

Un environnement sain

Enceinte, comment éviter l'exposition aux substances toxiques?

Un environnement non toxique… cela commence dès la grossesse

« La grossesse est un moment crucial, non seulement pour préserver la fertilité future mais aussi, plus généralement, la santé des bébés à naître », souligne le Dr Halimi. Il y a bien sûr la recommandation du 0 tabac et 0 alcool. Mais pas seulement : de l’alimentation aux produits d’entretien, en passant par les cosmétiques, de nombreuses substances avec lesquelles la future maman est en contact peuvent atteindre le fœtus via le placenta. Pour les limiter, voici les grands conseils du pédiatre à retenir.

Dans l'assiette

« Pendant la grossesse, il est important de privilégier une alimentation bio, afin de limiter la contamination des denrées, aux pesticides notamment, car ceux-ci entrainent des perturbations hormonales », recommande le Dr Halimi. On ne connaît pas encore exactement les effets des pesticides sur le fœtus, mais les recherches avancent petit à petit. Une étude norvégienne de 2016 a ainsi démontré que manger bio durant la grossesse limitait le risque d’hypospadias (malformation du petit garçon se caractérisant par l'ouverture de l'urètre dans la face inférieure du pénis au lieu de son extrémité).

L’ASEF (Association Santé France Environnement) recommande par ailleurs de limiter l’exposition au BPA, car celui-ci pourrait avoir des effets néfastes sur la grossesse - notamment un risque d’accouchement prématuré augmenté selon une étude de 2016 - et la santé du bébé à venir. En pratique : privilégiez les boîtes de conserve en verre, évitez les canettes de boissons. Pour conserver vos aliments au réfrigérateur et les réchauffer, optez pour des récipients en verre aussi. Ces précautions permettent également de limiter l’exposition aux phtalates, autre substance à fuir durant la grossesse.

Côté ménage

« Les produits d’entretien classiques contiendraient des substances toxiques parmi lesquelles le formaldéhyde, le benzène, l’acétone ou encore les éthers de glycol », rappelle l’ASEF dans son Petit guide santé du bio-bébé. L’Association conseille d’utiliser des produits ménagers écolabellisés ou des produits naturels : vinaigre, savon noir, savon de Marseille, bicarbonate de soude. Mais l’idéal reste de ne pas faire le ménage enceinte ! Avis aux futurs papas…

« Je ne m’étais jamais vraiment intéressée aux substances chimiques avant ma grossesse. Mais une fois enceinte, j’avais la responsabilité de la santé de mon enfant. J’ai donc pas mal lu sur le sujet, et cela m’a fait revoir quelques habitudes. Je suis devenue une pro des recettes de grand-mère pour le ménage et la lessive. Et c’est aussi plus économique », raconte Cindy, maman de Inna, 2 ans.

Dans la vanity beauté

Premier réflexe durant la grossesse : limiter l’usage des cosmétiques au strict minimum, quitte à revoir sa routine beauté pour quelques mois. C’est pour la bonne cause ! Ce premier tri effectué, privilégiez les cosmétiques éco-labellisés (cosmétique BIO ou cosmétique ECO). « C’est la seule manière de se protéger de façon efficace, bien plus que la liste des « sans ceci » ou « sans cela » , des « 0% ceci » ou « 0% cela » qui ne disent rien des molécules de substitutions, parfois tout aussi nocives », estime le Dr Patrice Halimi. Pour prévenir les vergetures, préférez aux crèmes spécifiques une huile végétale bio : amande douce, rose musquée, coco. Prudence en revanche avec les huiles essentielles, dont certaines sont contre-indiquées durant la grossesse.

Dans l’armoire à pharmacie

Une règle de base : pas d’automédication durant la grossesse ! Certaines molécules médicamenteuses sont en effet tératogènes : elles peuvent avoir un retentissement sur le développement cellulaire de l’embryon et du fœtus, pouvant conduire jusqu’à de graves malformations. Ce risque est particulièrement élevé les premières semaines de grossesse durant lesquelles a lieu l’organogenèse, c’est-à-dire la mise en place des organes. Notre conseil : demandez systématiquement l’avis de votre médecin, gynécologue, sage-femme ou pharmacien avant de prendre un médicament.

Créer un cocon le moins toxique possible pour son bébé

Cette chambre aménagée avec amour peut être une véritable usine à substances toxiques ! De nombreux meubles, surtout ceux en contreplaqué et aggloméré, émettent pendant des années du formaldéhyde, un COV (composé organique volatil) irritant pour les muqueuses des voies respiratoires et des yeux, et classé comme cancérigène certain par le CIRC (Centre international de recherche contre le cancer).

Une étude réalisée en 2009 par l’ASEF a montré qu’à eux-seuls, les lits de bébé émettaient près d’un quart de la dose de formaldéhyde fixée par l’AFSSET (Agence Française de Sécurité Sanitaire de l'Environnement et du Travail). Pour limiter cette exposition, voici quelques conseils :

  • choisissez des meubles en bois massif, si possible brut, afin d’éviter les peintures et vernis source de COV. Vous pouvez ensuite peindre ou vernir les meubles avec des produits naturels ou écolabellisés.
  • vous pouvez également opter pour des meubles d’occasion qui auront eu le temps de dégazer. Vérifiez toutefois qu’ils respectent les normes de sécurité actuelle, surtout pour les meubles esprit vintage.
  • pour les matelas et textiles, fiez-vous aux labels : éco-label Fleur de l’UE, label Oko-Tex Standard 100, label qualité QUL de « l’Alliance qualité pour des matelas en latex respectueux de l’environnement », label Ecocert, label Naturtextil (allemand)
  • si vous optez pour des meubles en aggloméré, choisissez-les labellisés NF Environnement Ameublement
  • déballez les meubles et laissez-les « dégazer » plusieurs semaines avant l’arrivée du bébé
  • une fois installés dans la chambre du bébé, aérez-la plusieurs jours

Côté travaux de rénovation et de décoration, ils sont déconseillés aux futures mamans - même s’il est naturel d’avoir envie d'y participer activement ! Les COV peuvent en effet traverser la barrière placentaire. Laissez donc le papa s'occuper de tout... selon vos directives bien sûr ! Pour limiter l'exposition de bébé aux émissions de produits toxiques, optez pour une peinture naturelle ou écolabellisée (label Ecolabel) ou portant la norme NF environnement, et étiquetée A+ (= très faibles émissions de COV). A noter que cet étiquetage existe également pour les cloisons, revêtements de sols, isolants, vernis, colles, adhésifs, etc. Et idéalement, faites les travaux plusieurs mois avant l’arrivée du bébé, sinon, veillez à aérer la pièce régulièrement, afin d’éliminer les odeurs de peintures et autres COV.

Journaliste spécialisée dans l'univers parental et la santé, également maman de trois enfants. Auteur de Qui va garder mon bébé (Tournez la page, 2013). ...
Partagez cet article